Décés de Camille Bondy

Sanary terre et mémoire de l'Exil

Camille (1910) et Walter Bondy (1880 - 1940)
Jusqu'en 1932 le fameux portraitiste, mena une vie sans souci. Voyant venir les nazis au pouvoir, il quitta Berlin pour après un séjour à Paris s'installer à Sanary qu'il avait connu lors d'un séjour avant guerre. Avec sa compagne Camille Bertron, dont il avait fait connaissance au Café de Lyon en 1932 et qu'il épousa en 1937, il ouvrit un atelier de photographie d'abord sur le quai Marie Esmenard, puis sur la Route de Bandol. "On a commencé ensemble, il m'appelait ma petite apprentie" se remémore Camille. "Mon mari! il me réveillait la nuit, moi je me couchais à 2 heures et lui à 4 heures il était encore dans le laboratoire devant la cuvette et il tirait ses photos, les tirages c'était comme des tableaux..."
Il faisait surtout des portraits, notamment des exilés, mais aussi des sanaryens qui estimaient son travail et disaient de lui, selon René SchickeléÉcrivain alsacien (1883–1940) et pacifiste. Son chef-d'oeuvre, "La veuve Bosca", fut écrit à Sanary en 1933: "Que voulez-vous, c'est un artiste…".

En 1937, le couple déménaga à Toulon où leur clientèle leur resta fidèle. Dès que la guerre éclata, Walter Bondy n'eut plus l'autorisation de travailler. Il avait plusieurs fois demandé la nationalité française, mais sa naturalisation fut toujours rejetée. Walter Bondy mourut le 17 septembre 1940. Il avait refusée de quitter sa patrie d'adoption.

Après la disparition de son époux Camille continua de pratiquer la photo et la peinture. Elle parvint à conserver ses oeuvres, et c'est à la ville de Toulon où elle vécu si longtemps qu'échu la conservation du fond photographique de son illustre et talentueux mari, fond que nous avons la chance de consulter aujourd'hui à la salle Flotte. Cet évènement donna l'occasion à Camille Bondy de retrouver avec grande émotion son amie Alice Schwob dont Walter bondy avait fait le portrait dans les années trente.

Sur le livre d'Or de l'exposition, Camille Bondy a laissé ces mots qui en disent beaucoup sur son caractère et son energie... "Des amis merveilleux de l'île de Porquerolles sont venus me chercher chez moi et j'ai réussi à descendre mes 2 étages sans ascenseur et monter dans leur voiture, cela n'était pas encore possible il y a un mois - la volonté a une grande force surtout quand on est motivé - et me permettre ainsi de revoir quelques visages de ma vie passée dans une période douloureuse de l'histoire des écrivains allemands. Félicitations!

Camille Bondy 16.11.2006


Revivez les célébrations de "Terre et Mémoire de l'Exil"



english deutsch italiano russian russian

Informations générales